Accueil  /  Libre Tribune  /  Affaire Laurent Gbagbo/Procureur...

Affaire Laurent Gbagbo/Procureur (CPI): Un panafricain interpelle la procureure Fatou Bensouda sur les crimes du camp Ouatara

exécution d'un prisonnier de guerre par des rebelles ivoiriens | PHOTO: https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=671835806299030&id=100004178497050&__mref=message_bubble
LETTRE OUVERTE A FATOU BENSOUDA
 
J'ai décidé d'écrire, ce matin encore pour soutenir et meubler la commémoration de cette triste journée du 19 septembre, une lettre ouverte à Madame La Procureure de la Cour Pénale Internationale(CPI), pour l'interpeller sur le cas de la Côte d'Ivoire où les Droits de l'Homme ont été suffisamment violés sans que ses mandats ne s'émeuvent.
 
Madame La Procureure de la CPI, nous dénonçons chaque jour et à plusieurs reprises, les actions, les tueries et les manquements aux droits humains les plus élémentaires commis par le régime d'Abidjan et ses soutiens.
 
Entre autres les tueries massives des rebelles depuis cette maudite nuit du 18-19 septembre 2002, le massacre des Wes, l'assassinat lâche de Boga Doudou, le meurtre de Désiré Tagro en avril 2011, celui de MAHAN Gahié Basile, le lundi 16 septembre 2013, qui consolident notre colère vis à vis de la CPI et de sa Procureure que vous êtes...
 
Pour emprisonner Laurent GBAGBO à la CPI, l'ancien Procureur l'Argentin Ocampo, n'a pas fait une enquête sérieuse et rigoureuse pour établir sa responsabilité dans les faits dont il était accusé (et pour lesquels il y est en ce moment en procès). Il lui a suffit d'écouter et suivre le réquisitoire de Ouattara, cache sexe du capitalisme mondial en Afrique de l'ouest, pour que Gbagbo soit inculpé de "crimes contre l'humanité".
 
Mais dans les audiences de confirmation ou infirmation des chefs d'accusation, il a été démontré par la Défense du client Gbagbo la complaisance, la légèreté, la fourberie et le manque de sérieux du parquet de la CPI au point que les juges vous ont demandé de compléter votre accusation par des preuves suffisantes et accablantes. Pour cela vous êtes partie à Abidjan. Mais curieusement vous n'êtes pas arrivée à Abobo où les "35 femmes ont été tuées par un obus lancé par le soldat Gbagbo". Aussi, ni Ahmed Bakayoko ni Adama Toungara, maire d'Abobo n'ont été capables de vous fournir la moindre vidéo montrant le soldat Gbagbo en position de tir d'obus. Nous avons attendu en vain les commentaires des journaux du régime accablant Gbagbo. Rien de tout cela...
Vous vous êtes entêtée, peut être exécutant "un plan commun" à vous confié par vos mandats, à ouvrir un procès. Ce procès qui se déroule en ce moment n'est pas encore capable d'établir la culpabilité du président GBAGBO et de son ministre Charles Ble Goudé. Et ce, malgré le passage de 14 témoins à charge qui, de par leurs témoignages, déchargent plutôt les accusés.
 
Aujourd'hui, je voudrais encore vous poser une série de questions qui sont toujours à l'ordre du jour, Madame la Procureure:
1) dans quel cadre détient et juge- t -on Gbagbo et Ble à la CPI?
2) quelle est la compétence de la CPI en Côte d'ivoire?
3) quelle est la mission qui lui est confiée dans l'affaire qui l'oppose à Laurent Gbagbo et à BLE Goudé?
4) quelle image voudriez vous que nous retenons de vous et de la CPI?
 
Pourquoi nous vous posons ces questions?
En effet, si Gbagbo est jugé et detenu par la CPI, nous croyions que nous avons entendu de votre part qu'il a commis des "crimes contre l'humanité"de décembre 2010 à avril 2011. Bon restons dans ce cadre bien tracé par vous et analysons la situation.
Est ce parce que le président Gbagbo a refusé de céder le pouvoir à ouattara:
-qu'il a créé le "commando invisible pour attaquer et brûler vifs les habitants du village d'Anonkoi Kouté dans la commune d'Abobo en janvier 2011?
-qu'il a attaqué et brûlé les forces de l'ordre qui étaient en service à l'antenne relais de la RTI à Abobo en janvier 2011?
-qu'il a attaqué la ville de Duékoué et massacré 1000 Guérés à carrefour en mars 2011 puis plusieurs centaines à Nahibly en juillet 2012?
-qu'il a fusillé et tué à bout portant le ministre Désiré Tagro à la résidence d'Etat à cocody le 11 avril 2011?
Si c'est lui, parce que refusant de reconnaitre sa défaite électorale, qui a commis ces exactions, pourquoi Madame la procureure, le parquet n'a pas retenu ces faits gravissimes contre lui? 
Pour notre part, si vous ne les avez pas retenu contre lui, c'est qu'il n'a commis aucun fait à lui reproché. Alors ici, il s'agit de savoir qui a commis ces faits? Comment les appelle -t-on en droit pénal international? Et ces faits ne méritent ils pas aussi une justice digne de la CPI?
C'est le lieu de vous demander, Madame la procureure, la compétence de la CPI en Côte d'ivoire. Elle s'est auto saisie pour juger les exactions de toutes les natures commises en Côte d'ivoire entre décembre 2010 et avril 2011 et même au-delà. Si c'est le cas, elle est à côté de son affaire parce que jusqu'à présent, la seule affaire inscrite à l'ordre du jour est "la procureure de la CPI contre Laurent Gbagbo".
 
Madame Fatou Bensouda, nous constatons malheureusement que la compétence de votre juridiction s'arrête dès lors qu'il s'agit de regarder dans le camp de l'adversaire.
Oui, les partisans de ce camp peuvent tuer des ministres, des cadres du pays, des citoyens innocents. Ils sont dans leurs droits parce qu'ils ont la mission de "pacification et de purification" de la Côte d'ivoire pour l’aseptiser et la débarrasser de Gbagbo et de ses partisans.
 
Madame Bensouda, la compétence de votre juridiction s'arrête quand des hommes sans foi ni loi peuvent torturer jusqu'à ce que mort s'en suive des prisonniers sans défense. C'est normal...La mort de ces hommes n'est pas un crime contre l'humanité parce qu'ils ont commis le crime mortel d'être militants et sympathisants du parti de Gbagbo. C'est pourquoi, nous disons, sans risque de nous tromper que la mission de la CPI est d'éliminer Laurent Gbagbo de la scène politique nationale et réduire les velléités de souveraineté des Ivoiriens vis à vis de la France.
Et parce que nous avons compris cela, nous retenons de vous , Madame Bensouda, une image piteuse et hideuse de la CPI. Mais vous pouvez encore polir cette image écornée et tâchée de complaisance, de légèreté et de copinage...
Oui Madame Bensouda, en attendant si vous êtes vraiment diplômée de Droit pénal international et êtes procureure de la CPI, revoyez votre feuille de route sur la Côte d'ivoire...Mettez fin à ce procès et profiter de l'occasion pour inculper officiellement Ouattara pour crimes contre le peuple de Côte d'ivoire...
 
En effet, si Omar El Béchir, président en exercice du Soudan est inculpé, si Kenyata Ururu, président élu et en fonction du Kenya a été inculpé par la CPI, pourquoi Ouattara Dramane dont les faits de tyrannie et de crimes contre l'humanité sont avérés, connus et sus de tous en Côte d'ivoire n'est pas encore inculpé?
Madame Fatou Bensouda, vous êtes procureure de la CPI et cette juridiction a compétence et les moyens d'inculper Ouattara. S'il vous plaît faites le vite pour rendre une justice au peuple ivoirien meurtri et qui souffre de votre injustice complaisance et partialité.
 
Excellence ZADI
 
NB: Le titre est de la rédaction VRA
SOURCE : https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=671835806299030&id=100004178497050&__mref=message_bubble
RUBRIQUE Libre Tribune

Commentaires

Lire aussi ...

rsofyz

rsofyz

qy4drz rsofyz

adg2ym

i41y53

uemdzb i41y53

uvmoa6

78pzhr

nb02zn 78pzhr

yllgpl

qxx8sd

1nvzup qxx8sd

itjobl

giq8d2

7vp9rz giq8d2

c2hb5y

hywemp

i09wus hywemp

1zeehi

08o58a

81ujfx 08o58a

y5fza0

rcdykl

jc1azc rcdykl

vfhu9w

v98d92

0x4lm8 v98d92

qw7zxi

5vwlfv

dnu7o5 5vwlfv

rh6f09

118bbu

2qlgfi 118bbu

fi1ttr

jasv56

3q7v2c jasv56

9kzi6y

gkhewc

bbtnbp gkhewc

m0w773

t83sph

2nexkl t83sph

h6hn05

ig6208

2nogwu ig6208

47k4zw

Top
FLASH